Histoire de la réflexologie

Bien que son origine ne soit pas connue avec certitude, il semblerait que la réflexologie daterait de 2000 ans avant J.C. l’illustration suivante découverte dans la sépulture d’un médecin égyptien, permet de voir deux personnes affairées à masser, l’une les pieds, l’autre les mains.

De nombreuses civilisations ont connu la valeur thérapeutique de la réflexologie depuis longtemps, en Inde, en Afrique et même dans la Grèce antique où Hippocrate enseignait le massage et ses bienfaits à ses élèves.

 

On dit même que la réflexologie aurait vu le jour avant l’acupuncture. Cependant, la réflexologie telle que nous la connaissons aujourd’hui aurait évolué grâce notamment à des travaux et des publications selon la chronologie suivante :

 

1582 : deux médecins allemands, Adams et Atalis publient un ouvrage consacré à la thérapie localisée.
 

1834 : un suédois, Pehr Henrik Ling (1776-1839), note que les douleurs venant de certains organes étaient reflétées dans des zones de la peau très éloignées de ces organes. Ce pédagogue suédois est considéré comme le père du « massage suédois ».
 

1886 : à partir des travaux de Pavlov (1849-1936), prix Nobel pour ses travaux sur la relation directe entre stimuli et réflexes, le corps médical russe établit l’hypothèse selon laquelle des stimuli extérieurs influent sur l’organisme. Cette approche prit le nom de « réflexothérapie ».
 

1917 : le Docteur Fitzgerald (1872-1942) découvre l’existence des 10 zones de communication traversant verticalement le corps de la tête jusqu’à l’extrémité des doigts et des orteils. Il s’aperçoit qu’en pressant sur certaines zones, il peut se passer de l’anesthésie. Il découvre alors la thérapie zonale.
 

C’est Eunice Ingham (1889-1974), physiothérapeute américaine, qui met au point, au début de l’année 1930, la réflexologie telle que nous la connaissons aujourd’hui.

 

Elle est l’auteure du premier traité de réflexologie moderne qui propose une cartographie des mains et des pieds comme reflet du corps, proposant ainsi une représentation holographique de l’organisme humain. Elle fonde, en 1973, la première école de réflexologie : The National Institut of Reflexology.